Régionales 2015 : la Corse bascule du coté des nationalistes

Le 13 décembre dernier se déroulait le second tour des élections régionales. Les français étaient invités à voter pour le candidat qui les représenterait à la tête de la Région, élisant ainsi leur futur président du conseil régional. Du côté de la Corse, les choses sont quelques peu différentes.

Auparavant qualifiée de collectivité territoriale (avec la promulgation de la loi du 13 mai 1991), depuis la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, la Corse est désormais qualifiée de « collectivité de Corse » ; une collectivité à statut particulier. Elle est librement administrée et est dotée, non pas pas d'un conseil régional, mais d'une Assemblée de Corse avec un Conseil exécutif. On trouve à la tête de ce dernier un président, élu tous les 5 ans par l'Assemblée de Corse. Au mois de décembre dernier se tenait, parallèlement aux élections régionales, celle du prochain président du Conseil exécutif. Le poste revient ainsi à Gilles Simeoni qui, avec 35,3% des suffrages, fait basculer la Corse du côté des nationalistes avec son parti Inseme per a Corsica. Une victoire qu'il doit à la fusion de sa liste avec celle de l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni.

Date : 07/01/2016

Retour en haut